J’existe sans lui

bien dans sa peau bien dans son couple

Parfois j’ai mes vieux réflexes d’adolescente qui reviennent et ça plombe un peu l’ambiance. Tout miser sur lui, tout prévoir en fonction de lui, tout espérer de lui : le monde tourne autour de lui. Et moi, je ne sais même plus ce que je veux. Et lui, le pauvre, il ne peut plus respirer.

Bon, l’adolescence est finie et on se laisse respirer, mais encore parfois je me retrouve un peu seule parce que j’avais prévue d’être disponible pour lui, mais lui, il a autre chose à faire. Quand toute mon organisation et toutes mes attentes tournent autour de lui, je suis forcément déçue. 

Alors il me dit « Fais quelque chose pour toi, va chez une copine, va voir une expo, promène-toi pour faire des photos », bref il me donne des idées. Il me connait, il sait ce que j’aime et dans quoi je m’épanouis. Mais parfois j’oublie carrément de penser à moi car ma priorité est d’être avec lui !

Exister sans lui, ça s’apprend.

Je l’aime plus que tout, mais est-ce juste de dire que je ne serais rien sans lui ? S’il devait lui arriver malheur (mes pires cauchemars), je serais effondrée, totalement abattue, désespérée, désemparée, TRISTE au possible, mais… j’existerais.

Revenons au positif (nous sommes ensemble en bonne santé, et notre couple dure), il y a autre chose de cool dans le fait d’exister sans lui : nos dialogues, nos échanges, et nos moments passés ensemble sont plus riches quand chacun vit SA propre vie et construit SA propre personnalité. J’ai vu la différence quand j’ai repris le travail après mon congé parental. Une vie sociale, des collègues, des projets, des choses à raconter !

Il m’apporte tellement, il me comble tellement, mais je ne dois pas oublier d’exister aussi pour moi. 🙂

Entre parenthèses, la dépendance affective est un trouble sérieux et je ne pense pas que j’en suis là, mais il faut savoir que ça existe (et ça se soigne aussi).

Et de temps en temps, je vais me réfugier dans ses bras et je lui dis :

Aaaaah, qu’est-ce que je ferais sans toi ??

Alors il réfléchit, et il trouve toujours quelque chose à me répondre :

Hum… des cookies ?

Ah oui, ça je peux le faire sans lui ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *